Blog
Publié le - 587 aff. -

Pourquoi un état sans loi en peut pas fonctionner ?

D’aucuns pensent qu’un régime anarchique engendrerait une société sans loi où le désordre régnerait. Dans les sociétés où l’anarchie règne, la violence armée, physique constituent les moyens par lesquelles les querelles et les conflits sont résolus. Ces sociétés sont en proie à la domination de plusieurs entités concurrentes. En vérité, l’anarchie peut être définie comme une absence de pouvoir étatique. L’anarchie ne peut pas être assimilée à l’anomie qui est définie comme une absence de loi régissant une société. Cependant, on peut établir un lien entre ces deux concepts. Dans les lignes qui suivront, ces deux concepts seront bien expliqués.

La loi du plus fort

En effet, c’est l’absence de la loi dans une société qui fait que certaines personnes dites plus fortes dominent par la force sur les autres jugées faibles. Dans une société où les règles et les lois sont respectées, tout le monde vit en sécurité. Les droits des uns et des autres sont respectés et ne sont pas bafoués au nom de la violence. Malheureusement, la réalité est autre dans les sociétés d’aujourd’hui. En effet, on constate toujours le non-respect des lois élémentaires. Dans ce climat, l’Etat ne peut pas imposer son autorité parce que c’est le désordre qui prévaut et personne ne peut contrôler les choses sans qu’il ait de la loi.

Tout savoir d’une thèse présentée

Une étudiante en droit qui répond au nom de brigitte sillam et qui a présenté sa thèse, a mené certaines enquêtes sur ce thème ; ceci dans la perspective de déceler les causes véritables de cette anarchie qui gangrène la sphère étatique des pays. Si vous êtes intéressé par ce sujet, vous pouvez consulter le document rédigé et présenté lors de la présentation de ladite thèse. Elle est disponible à répondre aux questions des étudiants en droit qui auraient besoin de son assistance dans la rédaction de leur mémoire ou de leur thèse ou qui souhaiteraient avoir des informations liées au droit.

Laissez votre commentaire à propos de cet article